Cette partie de l’article a pour but de parler de la notion de confiance dans les projets  à base de blockchain publique comparée à celle du secteur monétaire.

On ne parlera pas ici des monnaies infrastructures telles qu’Ethereum, NXT, Bitshares et autres auxquelles je consacrerai certainement un article plus tard sur la question de la gouvernance dans les crypto monnaies.

Pour rappel, les cryptos monnaies sont aujourd’hui divisées en trois grandes parties : (voir ici)

  • Les monnaies infrastructures
  • Les monnaies (locales, anonymes, sociales, globales,…)
  • Les projets start-ups sectoriels à blockchain publique

Il est intéressant d’évoquer ce que la communauté des cryptos sous-entend de façon implicite sans jamais vraiment l’exprimer.

Dans les débats qui ont lieu sur la pertinence de certains projets ou sur la supériorité de l’un par rapport à l’autre, la confiance est toujours le prisme d’analyse qui revient sans cesse.

sons of satoshi

En premier lieu, il me semblait important de rappeler que la création du Bitcoin, initialement, est le fruit d’une réaction à la crise financière de 2008. L’objectif était de s’émanciper des banques en créant une monnaie sur laquelle aucune des institutions traditionnelles ne pourrait avoir prise.

Cette révolution crypto anarchiste libérale est bien ancrée dans la communauté des crypto monnaies et constitue l’enjeu de débats enflammés. En effet, les projets à vocation monétaire qui se structurent autour d’une forme juridique entrepreneuriale ou d’un prémine destiné à financer un groupe de développeurs sont vampirisés par la communauté. Le cas de Zcash ,de Gulden ou encore de Ripple en sont des exemples frappants.

Ripple labs

Le cas de Ripple est tout de même particulier car son objectif n’est pas de se positionner comme une monnaie mais comme un protocole bancaire agnostique donc de se positionner en tant que partenaire des banques traditionnelles. La volonté d’aider les banques à s’adapter à cette technologie et à soutenir la création de nouveaux protocoles de transfert bancaire passe pour la communauté comme un délit de complaisance en faveur du régime honni. Concernant Gulden, le mode de fonctionnement avec prémine afin de financer le développement de la crypto monnaie vaut à cette crypto d’être très mal perçue. Pourtant, on ne peut pas reprocher à l’équipe de Gulden de ne pas faire œuvre de transparence concernant les fonds initiaux du prémine. C’est donc bien une question de gouvernance et de modèle du projet monétaire, plus que la qualité ou le sérieux du projet qui est en cause. Le cas de Dash est particulier parce qu’il regroupe à la fois un prémine dû à une erreur dans le code initial qui a permis d’extraire 30% des pièces totales mais aussi au mode de fonctionnement des masternodes, serveur permettant notamment la mise œuvre de paiements instantanés mais aussi le déploiement d’un système de gouvernance décentralisé et autonome. Ce système s’apparente de trop à la création de nouveaux tiers de confiance dans le système monétaire, ce qui génère un ressentiment négatif du monde des crypto monnaies.

Il est étonnant de constater par ailleurs que Gulden et Dash rassemblent à elles deux, les innovations les plus pertinentes du marché des crypto monnaies. Que ce soit en termes de gouvernance et de modèle économique pour Dash et d’orientation utilisateurs non-initiés et innovation sur le wallet pour Gulden. Il semble bien que l’agilité du management, de la stratégie et du développement de ces modes d’organisation constituent un levier essentiel à l’innovation et au développement.

Malgré ce constat, il est clair que l’impitoyable monde des cryptos monnaies ne prête aucune considération à cela préférant mettre en avant le prémine ou la question de la gouvernance comme le problème à la reconnaissance de ces monnaies-là. Cependant et au vu de l’historique de la création du bitcoin, il n’est pas étonnant de retrouver ce rapport de force contre tout ce qui pourrait ressembler à un tiers de confiance dans la vie d’une crypto monnaie. La gouvernance plus entrepreneuriale de Gulden et Zcash revient à laisser le gouvernail à une équipe projet dont le financement est fourni en partie par la communauté mais aussi par le bénéfice de la montée en valeur de la monnaie.

Dans ce cadre de compréhension, il n’est pas étonnant de voir s’imposer Litecoin, projet communautaire au détriment de Fairbrix dont celui-ci était pourtant un fork. Le prémine de Fairbrix a été remplacé par la puissance et la confiance communautaire. De la même façon Monero jouit actuellement d’une confiance plus élevée, bien plus élevée que DASH, à en croire l’acceptation de Monero sur le Darknet et l’éviction de Dash de l’application JAXX.

Zcash

Un exemple plus récent, et encore en construction, est celui de Zcash, qui n’a jamais attiré l’attention de la communauté malgré la hype folle que celui-ci a suscitée par ailleurs. La création d’un fork de Zcash dénommé Zclassic permettra aussi de vérifier la théorie de la confiance  dans les crypto monnaies. Si celui-ci parvient à s’imposer comme le pendant communautaire de Zcash, il y a fort à parier que sa valeur viendra surpasser celle de Zcash dont la stagnation actuelle du prix à une valeur élevée est essentiellement dûe aux espérances et à la folie déclenchée dont les acheteurs ne veulent pas faire deuil pour la plupart. Ce cas spécifique sera très intéressant à suivre au cours de l’année 2017 puisqu’il permettra de mettre cette théorie de la confiance à l’épreuve de la réalité et d’une évolution qui pourrait, soit voir le développement de nouveaux paradigmes avec l’acceptation de Zcash à la faveur des non-initiés ou la confirmation de l’étalon de la confiance actuelle, c’est-à-dire la non appartenance à un groupe ou un statut juridique ou devrais-je dire la possession par la communauté.

A contrario, on constate une réflexion différente pour les projets non monétaires, souhaitant développer un projet à base d’une blockchain publique.

En effet, les Factom, Maidsafe, NEM, Waves, Siacoin, Gamecredits, Arcade, pour ne citer que ceux-là, bénéficient d’une confiance importante pour la menée de leur objectif. Ces projets ont pourtant une forme juridique classique dans la gouvernance et ont besoin de la communauté dans le déploiement de leur blockchain publique, facteur essentiel à une mise en œuvre sécurisée. On assiste donc à des modèles hybrides ingénieux où les entreprises sont en charge du développement et de la gestion du projet pendant qu’une communauté sécurise un réseau global, indispensable au bon fonctionnement de l’ensemble.

Steemit Ponzi

Il est bon de faire un détour par le cas de Steemit dont les passions déchainent la chronique régulièrement. Le réseau social, dans son mode de création et son fonctionnement suscite des doutes importants dans la confiance que certains portent à ce réseau social du futur. En effet ,si l’on ne peut que reconnaître la nouvelle dynamique (positive) qui a l’air de se développer autour de ce projet, son histoire jalonnée d’un prémine très important et son fonctionnement qui confère une force supplémentaire à cette genèse, notamment dans la capacité à valoriser ou censurer des contenus ne va pas sans poser de problèmes. Le réseau social semble avoir une place à part entière dans le processus d’évaluation de la confiance, autant dûe aux fonctionnements des acteurs existants (facebook, twitter) qu’à la volonté de créer un réseau social d’un nouvel ordre basé sur la juste rémunération des participants et la liberté d’expression.

On retrouve donc ici une confiance inversement proportionnelle à l’univers des monnaies. Le prémine, un statut juridique affirmé, un fonctionnement d’entreprise semblent générer la confiance nécessaire au développement d’un produit ou d’un service à destination des entreprises ou des particuliers, et donc au soutien des investisseurs potentiels.

Cependant, tous les projets à blockchain publique sont sous surveillance permanente, ce qui permet de repérer les mauvais projets et d’ avertir les investisseurs, ce qui est une très bonne chose, mais cela installe parfois un climat de dictature bienveillante au sein de la communauté. Il est donc nécessaire dans l’état actuel de ne pas discriminer ou invectiver les projets en cours tant que le sérieux et la transparence sont présents. Il est bien possible que la démarche entrepreneuriale des crypto monnaies dans la création et l’innovation crée un climat d’émulation qui sera fort bénéfique pour les futurs utilisateurs !

SOUSCRIVEZ A NOTRE NEWSLETTER

Rejoignez nous pour tenir informé et recevoir nos derniers articles

Merci, vous allez recevoir un Email de confirmation!